Archives de l'ULB
Bibliothèque d'Architecture
Bibliothèque de Droit
Bibliothèque des Sciences de la Santé
Bibliothèque des Sciences et Techniques
Bibliothèque des Sciences Humaines
Réserve précieuse
 
 
Utiliser les ressources
Utiliser les Services
Besoin d'aide ?
A propos des Bibliothèques
Liens
 

French
English

Bibliothèques de l'ULB > Aide > Boîte à outils > Logiciel libre

-A A A+ imprimer

Le Logiciel libre et les Bibliothèques de l'ULB

Les logiciels libres en quatre points

Si vous ne savez rien des logiciels libres, et souhaitez en avoir quelques notions, les questions et réponses suivantes répondront peut-être à votre (première) attente. Cette courte introduction n'a d'autre but que d'accroître votre appétit du libre. Les liens proposés dans la partie  Quelques liens pour en savoir plus à propos des logiciels libres contribueront peut-être à l'apaiser... momentanément !

Qu'est-ce qu'un logiciel libre ?

Un logiciel est un programme (ou ensemble de programmes), qui, exécuté, généralement par un ordinateur, permet de réaliser une ou plusieurs tâches : il existe ainsi des logiciels de traitement d'images, de gestion de projet, etc. (voir aussi la  définition de wikipedia).



Un logiciel est libre si tous ses utilisateurs jouissent des libertés suivantes : liberté d'exécuter le logiciel ; de le copier ; de le distribuer ; de le modifier et de l'améliorer sans restriction (...ce qui signifie que les sources du logiciel doivent être librement accessibles, contrairement à celles des logiciels dits 'propriétaires'). Les libertés d'un logiciel libre sont définies dans sa licence. Finalement, personne ne doit donc être prévenu si vous exécutez, copiez, distribuez, modifiez ou améliorez le logiciel... ces libertés ont leur corollaire : vous ne pouvez pas imposer de restriction sur une copie du logiciel que vous distribuez ( plus d'informations).



Plus anecdotique peut-être : en anglais, 'free' a deux significations : 'libre' et 'gratuit'. C'est vers la notion de 'liberté' que tend le logiciel libre ; un logiciel libre pouvant d'ailleurs être payant. Pour lever cette ambiguïté, l'expression 'open source' est apparue pour désigner ces logiciels. Bien que des différences existent entre la définition originelle de 'free software' et celle de l''open source software', en pratique les deux notions sont souvent confondues (pour en savoir plus, consultez la  page suivante, qui donne la définition des différents types de logiciels : libre, du domaine public, copylefté, etc.).

Un logiciel libre est-il toujours gratuit ?

Non ! Vous pouvez (librement) distribuer une copie payante d'un logiciel libre. Plusieurs sociétés commerciales distribuent d'ailleurs des logiciels libres, en y joignant le plus souvent, un logiciel d'installation automatique, les manuels d'utilisation, etc. (par exemple RedHat vend les exécutables de sa  distribution Linux).



Le  document suivant vous permettra même de constater que l'organisation GNU défend l'idée du logiciel libre payant... et encourage toutes les contributions !

Comment savoir si un logiciel est libre ?

Les libertés d'un logiciel libre sont définies dans sa licence, qui est généralement visible là où le logiciel est disponible ; d'ailleurs, l'absence de mention d'une licence est d'ordinaire un bon indice que le logiciel... n'est pas libre !



La licence de logiciel libre la plus répandue est sans doute la licence GNU General Public License, la License publique générale GNU (GNU GPL) qui est aussi l'une des plus permissives.



Pour en savoir plus à propos de cette licence et des nombreuses autres licences de logiciel libre, voir les  pages suivante.

Gratitiel (freeware), partagiciel (shareware), quelle(s) différence(s) avec le logiciel libre ?

Le gratitiel est un logiciel gratuit, mais généralement soumis à certaines restrictions quant à son utilisation. Par exemple : « l'utilisation commerciale [de  XnView, logiciel de traitement d'image] n'est pas autorisée sans permission ou enregistrement » ;  AlleyCode, éditeur de texte, HTML..., peut, lui, être librement utilisé ; l'usager est invité à faire une donation pour en supporter le développement.

 

Le partagiciel est un logiciel dont l'utilisation est généralement limitée, soit dans le temps, soit dans ses fonctionnalités, jusqu'à ce que l'usager s'enregistre ou s'acquitte d'un droit d'usage. Un célèbre exemple de partagiciel est  Winzip.

 

Voir aussi les définitions de ces termes dans le wikipedia francophone ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Freeware, et  http://fr.wikipedia.org/wiki/Shareware).

 

Quand la liberté s'étend...

La philosophie du libre, en s'appuyant sur le partage solidaire d'un produit ou service, s'étend progressivement :

 

A la publication scientifique, avec le libre accès (plus d'information à ce sujet  ici).

Avec l'emergence d'encyclopédies et bases de connaissances communautaires sur base de wiki ( wikipedia,  ekopedia, wikis développés pour des projets particuliers, par exemple ceux de  Greenstone ou de  PMB).

A la création intellectuelle sous licence libre (par exemple  Creative Commons (CC),   art libre, etc.) :  photographies sous CC,  oeuvres d'art,  musique, etc.

Avec les cours ouverts en ligne comme, par exemple, ceux de l' Open University du Royaume-Uni, les  MIT Open Courseware du Massachusetts Institute of Technology, etc.

Comment choisir le logiciel libre adapté à mes besoins?

Choisir un logiciel est une opération délicate : si son ergonomie est médiocre, s'il n'est pas assez performant (temps de réponse, exhaustivité des réponses, etc.), si des fonctionnalités existantes utilisées sont perdues... les raisons ne manquent pas pour qu'une (ré)informatisation échoue.

 

De nombreuses étapes jalonnent un projet de (re)informatisation (à ce propos, voir par exemple : SCHIETSE Bérengère & VANDOOREN Françoise :  L'iconothèque numérique. Un nouveau service électronique pour l'université, BBF, Paris, t.49, n°2, 2004.

 

Dans un premier temps, il peut être intéressant de suivre l'un ou l'autre des cours accessibles gratuitement en ligne qui abordent les logiciels libres sous différents angles, voir par exemple :

 

 

La suite de cette partie se limitera à évoquer quelques particularités liées à l'évaluation d'un logiciel libre :

Evaluer en utilisant les forums, listes de discussion, F.A.Q.

Le logiciel libre s'appuie sur une communauté, a priori infinie, au sein de laquelle un grand nombre de personnes sont disposées à faire partager leur expérience. Tout logiciel libre utilisé est couplé à des forums et listes de discussion où il est possible de poser des questions et/ou consulter les réponses apportées à des questions posées par d'autres (voir le rapport de PASCOT Daniel : "Soutien pour les utilisateurs des logiciels libres", in Les logiciels libres au gouvernement du Québec, 3 mars 2003, qui répertorie des forums, listes de discussion et sites ressources).

Evaluer en s'inspirant des comparaisons de logiciels existantes

 Groupe de réflexion sur les SIGB libres (français) : portail maintenu par l'université Lyon 2 présente, entre autre, une  étude comparative des SIGB Emilda, Koha, PMB, Gnuteca, Evergreen, Learning-Access ILS.

 Les Logiciels libres en documentation, THEBAULT Sébastien ; dernière modification de cette page le 1 décembre 2006 (français) : analyse des logiciels documentaires Koha, Greenstone, Avanti et MediaWiki.

 CMS Matrix (anglais) : ce site répertorie plus de 600 CMS (libres et propriétaires), un outil performant permet également de les comparer.

 WikiMatrix (anglais) : répertorie et compare plus de 100 logiciels wiki.

 Comparatif SPIP-Agora-Typo 3 (français) : réalisé par Onext en 2005.

 MIDESS workpackage 2 - Functional and Technical Requirements Specification (anglais) : comparaison des logiciels (libres et propriétaires) ContentDM, (DiMeMa, Inc), Curator (Endeavor), Symposia (Innovative), Digitool (Ex Libris), Documentum (EMC), Eprints, Fedora, Greenstone, Dspace.

 A Guide to Institutional Repository Software v 3.0 (anglais) : réalisé par l'Open Society Institute en 2004 : comparaison des logiciels (libres et propriétaires) Archimede, ARNO, CDSware, DSpace, Eprints, Fedora, i-Tor, MyCoRe et OPUS.

 Tableau synoptique des systèmes d'exploitation sur Wikipedia (français) : comparaison des systèmes d'exploitation (libres et propriétaires) les plus connus.

 Comparison of web servers (anglais) : comparaison d'une quarantaine de serveurs web (libres et propriétaires).

 

Evaluer en testant le logiciel

Des démonstrations en ligne existent pour certains logiciels libres (la partie  Tester un logiciel libre en répertorie quelques exemples ; le site de  Framasoft indique, dans les fiches descriptives des logiciels répertoriés, s'il existe une démonstration en ligne).



Enfin, certains utilisateurs publient les résultats des tests qu'ils ont conduits. Par exemple, le site  LinuxFr en propose un certain nombre, comme celui de la  distribution Suze de Linux.

Les Bibliothèques de l'ULB emploient-elles des logiciels libres ?

Les bibliothèques de l'ULB s'impliquent, depuis quelques années, dans le monde du libre, dans un souci :

  • D'augmenter l'interopérabilité entre les différents logiciels utilisés (les logiciels libres sont en effet souvent basés sur des standards et normes internationaux ; aussi bien pour les technologies à partir desquelles ils sont développés, que sur les modèles et structures de données qu'ils utilisent et échangent), ce qui permet de les porter plus facilement sur d'autres plateformes, ou d'en changer.
  • De pouvoir ajuster ces logiciels aux besoins, souvent spécifiques, des bibliothèques, en modifiant directement les programmes qu'ils exécutent.
  • De maîtriser les coûts de licence et mises à jour ; les logiciels libres étant généralement gratuits (mais pas toujours, voir la question : Un logiciel libre est-il toujours gratuit ? dans la partie  Les logiciels libres en quatre points).
  • De promouvoir leur emploi auprès de ses usagers. Par exemple, les bibliothèques ont participé, en juillet 2007, à un Micro cité de  Radio Panik consacré aux logiciels libres.

 

Ainsi, les logiciels suivants sont actuellement utilisés aux bibliothèques :

 DSpace,  PDFBox,  itext et  VuFind : ces logiciels sont utilisés pour gérer le dépôt institutionnel des Bibliothèques.

 Firefox : ce navigateur est installé sur les postes publics des bibliothèques, et sur la plupart des postes du personnel.

 Greenstone : ce logiciel de gestion de collections d'images est utilisé dans le projet  Black Skin.

 Linux (distributions RedHat et Debian) : ce système d'exploitation est utilisé sur les serveurs des bibliothèques, pour héberger ses applications, logiciels, banques de données, etc.

 TYPO3 (avec  Apache) : ce logiciel de création de site web est utilisé... pour  créer ce site web !

 Yaz Proxy : ce programme 'traducteur' de requêtes est utilisé pour intégrer, dans le site web des bibliothèques, le résultat de requêtes lancées sur le catalogue (par exemple pour produire une liste de titres de périodiques électroniques).

 

De plus, le redéploiement des postes de travail des employés des bibliothèques a été complété d'une installation systématique des logiciels libres suivants :  7-Zip,  Feedreader,  PDFCreator et Smartison ( site officiel en anglais,  description dans Framasoft).

 

D'autres outils libres sont par ailleurs utilisés au RDIB, comme :

 Squid : logiciel de gestion de pages web dans un 'cache' local.

 DWR et  Eclipse : environnements de développement Java et généraliste.

 Putty : client telnet.

 WinSCP : transfert sécurisé de fichiers.

 Ghostview : logiciel permettant de visualiser des fichiers PDF.

Alternatives libres aux logiciels propriétaires les plus courants

Il existe des alternatives libres à un grand nombre de logiciels propriétaires, abouties ou en cours de développement, simples ou élaborées, ergonomiques ou rebutantes, documentées ou non, etc.

 

 Cherchez-les...

 Testez-les...

 Adoptez-les !

Vous cherchez un logiciel libre pour :

 

Remarque : le site  Open source as alternative (osalt.com, anglais) propose un grand nombre de solutions propriétaires et leurs alternatives libres dans les domaines du business, des communications, des bases de données, de la programmation, etc.

Tester un logiciel libre

Les logiciels libres portés par une large communauté proposent parfois des démonstrations en ligne qui pourront contribuer à la prise de décision... voir par exemple :

 Claroline (choisir la version stable et créer un nouvel utilisateur puis l'utiliser pour tester le logiciel).

 DotProject.net.

 Koha.

 Moodle.

 Mysql (choisir l'une des deux Latest released stable version de démonstration : démonstration de Michal Cihar : le login est  root ; démonstration de Alexander M. Turek : le login est demo. Il n'y a pas de mot de passe dans les deux cas)

 PMB.

 TemaTres.

Voir des exemples de réalisation utilisant des logiciels libres

Il peut également être intéressant de voir comment d'autres utilisent les logiciels qui vous séduisent a priori, voir par exemple :

 Dia.

 Greenstone.

 Typo3.

 Spip.

 TemaTres.

Quelques liens pour en savoir plus à propos des logiciels libres

Quelques manifestations autour du logiciel libre

      A propos de l'histoire du logiciel libre, la philosophie, les concepts...

      Quelques aspects juridiques et économiques autour des logiciels libres

      De grands acteurs autour du logiciel libre

       Free Software Fondation (FSF) Europe et  FSF France (français).

       Association des Développeurs et des Utilisateurs de Logiciels Libres pour l'Administration et les Collectivités Territoriales, ADULLACT (français).

       Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des logiciels libres, AFUL (français).

       Commission européenne, DG Entreprises, Mise en commun des logiciels libres : étude de Faisabilité IDA (Interchange of Data between Administrations: échanges de données entre administrations) (français).

       Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre, APRIL (français) : association qui « a pour objet d'engager toute action susceptible d'assurer la promotion, le développement, la recherche et la démocratisation de l'informatique libre ».

       Portail des logiciels libres de Wikipedia (français) : portail répertoriant des articles, des exemples de logiciels, des acteurs, copies d'écran avec des explications en français, etc.

       Logiciel libre.net (français) : portail francophone très alimenté à propos des logiciels libres (actualités, forums, annuaires, analyses, etc.).

       BxLUG (français) : association d'utilisateurs de logiciels libres créée en 1999 et dont l'objectif est la promotion de GNU/Linux et autres logiciels libres dans la région de Bruxelles. Elle organise par exemple des  Linux Copy Parties qui se déroulent chaque quatrième dimanche sur le Campus de la Plaine.

       Open Source Initiative, OSI (anglais) : maintenance et promotion des définitions des licences de logiciels libres, certification, etc.

       eIFL-FOSS du portail Electronic Information For Libraries (eIFL.net, anglais) : promotion des logiciels libres et gratuits destinés aux bibliothèques.

       Open Source Systems for Libraries (anglais) : présente des logiciels libres destinés aux bibliothèques, des protocoles et standards, etc.

       Free & Open Source Software Portal (anglais) : actualités, répertoire de liens, documents à propos du logiciel libre, maintenu par l'UNESCO.

      Des sites de référence où trouver des logiciels libres

       Framasoft (français) : « site internet collaboratif à géométrie variable dont le sujet est le logiciel libre et son état d'esprit. Il a pour objectif principal de faire découvrir le logiciel libre au plus large public. »

       SourceForge (anglais) : la référence, héberge plus de 175000 projets de logiciels libres.

       Freshmeat (anglais) : plus de 75000 projets, majoritairement libres ; la référence pour Linux.

       Eléments sur le logiciel libre et la lecture publique, Mis en ligne le 24 juillet 2005 (français) : une bibliothèque de liens vers un historique, des textes fondamentaux, des modèles économiques, des logiciels destinés aux bibliothèques...

      Quelques exemples d'utilisation de logiciels libres dans des bibliothèques ou institutions publiques

      Des grandes questions qui les animent

       
      ©2006-2011 - Université Libre de Bruxelles - Archives & Bibliothèques

      Dernière mise à jour : 31 janvier 2014