Archives de l'ULB
Bibliothèque d'Architecture
Bibliothèque de Droit
Bibliothèque des Sciences de la Santé
Bibliothèque des Sciences et Techniques
Bibliothèque des Sciences Humaines
Réserve précieuse
 
 
Utiliser les ressources
Utiliser les Services
Besoin d'aide ?
A propos des Bibliothèques
Liens
 

French
English

Bibliothèques de l'ULB

-A A A+ imprimer

11/03/2008

Un nouvel ouvrage dans la Digithèque des EUB

Les préoccupations statistiques du gouvernement des Pays-Bas autrichiens et le dénombrement des industries dressé en 1764, de P. MOUREAUX, est désormais disponible dans la Digithèque des Editions de l'Université de Bruxelles.

 

Résumé

Les premières tentatives de recensement de la population, de l'agriculture et de l'industrie qui virent le jour à la fin de l'Ancien Régime intéressent tout particulièrement les historiens et les économistes. Les Pays-Bas autrichiens participèrent à la soif de connaissance des réalités économiques qui anima les gouvernements d'Europe occidentale au XVIIIe siècle. Les autorités installées à Bruxelles réussirent notamment un coup de maître en obtenant de leur administration un « Relevé général des manufactures et fabriques » (1764).

 

Au départ de cet important document, l'auteur a voulu comprendre comment était née cette préoccupation de connaître l'appareil industriel du pays, et dans quelles conditions elle avait porté ses fruits.Dans la première partie de son travail, Philippe Moureaux a retracé la biographie d'un haut fonctionnaire français, Benoît-Marie Dupuy, l'initiateur de la statistique industrielle dans les Pays-Bas. En suivant les activités de ce personnage hors série à travers les archives belges, françaises et autrichiennes, l'auteur a pu replacer la conception du recensement industriel de 1764 dans son contexte général. Il a constaté que cette entreprise s'inscrivait dans une vision d'ensemble très neuve des techniques de gouvernement.

 

Dans la deuxième partie de son travail, l'auteur a étudié minutieusement la réalisation pratique du recensement industriel de 1764. Pour en apprécier la valeur réelle - tâche particulièrement difficile - il l'a comparé à d'autres sources. Désormais les historiens pourront juger avec plus de sérieux les mérites et les faiblesses d'un document essentiel pour la connaissance du passé industriel de la Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg.

 
©2006-2011 - Université Libre de Bruxelles - Archives & Bibliothèques

Dernière mise à jour : 2 mars 2010